Publié dans : # Ecriture fantasmatique

De la débauche sur la plage ; allongée à plat ventre, ses seins nus dans le sable la petite salope de plage me tendait son cul pour que j'y fourre mon gros dard. Dans la crique déserte on n'entendait que le bruit des vagues et les gémissement de la jeune fille à mesure que mon sexe bandé pénétré son petit anus bien serré. J'aurai voulu la pilonner avec fougue pour lui écarteler son petit trou mais pour sa première fois je préféré enculer ma petite amie tout en douceur et lentement ma bite bien dure s'enfonçait profondément entre ses jolies petites fesses écartées. 

 

Elle pouvait gémir tant qu'elle voulait ici, sur cette plage déserte de sable blanc elle pouvait crier son plaisir et gémir comme une chienne en chaleur. Comme ma petite amie me tendait son cul pour que ma bite puis déflorer son anus le plus possible je voyais sa petite chatte encore trempée d'où coulait un filet de sperme mêlé de mouille. Elle n'en avait jamais assez, je venais de lui défoncer la chatte vigoureusement, j'avais éjaculer de lourd jet de foutre au fond de son vagin si accueillant mais ça ne lui suffisait pas. 

 

Elle avait prit ma queue entre ses lèvres pour nettoyer tout le sperme qui me souillait la bite et en me lançant un regard de pucelle amoureuse elle me demanda de lui prendre le cul. A cette idée ma queue retrouvait une belle érection bien aider par les caresses qu'elle me faisait avec la bouche. En me suçant avec application elle savait me refaire bander rapidement, elle disait qu'elle aimait avoir mon gros chibre bien dur sur sa langue et sentir les sursauts de ma bite quand elle enroulait sa langue autour de mon gland. 

 

Quand elle décida que ma queue avait retrouvé la raideur nécessaire pour l'enculer ma petite amie se retourna, elle s'allongea sur le ventre, le sable épousant ses formes de femme et elle cambra le dos pour me tendre son cul. Je n'avais plus qu'a placer mon gland lubrifié de son jus de putain sur les annaux sombres de son anus et de doucement forcer le passage. Je voyais ses mains agripper le sable à mesure que ma bite s'enfonçait en elle et que ses chaire épousait étroitement les formes de mon sexe. 

 

A force de douce pénétration je fini par faire disparaitre mon dard entre ses fesses potelées. Que cela était bon, tellement excitant de voir mon sexe avaler par son cul, cette simple vision faisait gonfler encore un peu plus ma queue. J'étais entrain de sodomiser ma petite amie sur la plage et ses râles de plaisirs me laissaient croire qu'elle aimait cela, c'était une vraie salope que n'avait pas jouée les filles prudent avant de retirer son bikini et de se faire baiser comme la plus chaude des coquines. 


Commentez ou laisse vos mots crus ici - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil

>> Mots crus

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés