Publié dans : # Amour et citron vert

Les mains posées entre tes cuisses tu caresse ta fente humide et ton sexe, pucelle, vierge demoiselle, ça fait vingt ans que tu attends ça et ce soir ta culotte humide sent le pipi. Tu n’as pas su te retenir et d’un jet chaud, brulant et bouillant tu as souillé ta culotte et trempée ton sexe de jeune femme en devenir. Voilà que tu ose ta main dans ta culotte détrempée, tu découvre la chaleur que l’urine à laissé sur ta peau et tu repense aux récits érotiques que tu as lu dans le journal intime de ta sœur qui s’est faite déflorer bien avant toi. Ta trainée de sœur est habituée à sentir la bite des hommes dans son petit vagin, elle l’écrit et toi tu le fantasme. Oh tu es belle jeune fille qui te caresse avec la maladresse des première fois et la fougue de la pulsion. Tu as vingt ans et tu n’as plus envie de refouler tes envies. Pucelle farouche ton hymen est toujours là vierge et intacte mais tu es une femme qui pisse dans sa culotte, tu es déjà une femme qui mouille sa culotte, une femme qui aime lire des mots crus. Continu de te caresser devant moi et vois comme mon sexe bande.

 

Pour toi j’ai une érection d’homme, ma vierge sauvage branle ma verge en douceur, ma pucelle sexy agite tes mains sur mon pénis si dur, si droit, ça fait plus de 20 ans que tu attends ce moment déguste le. Je colle ma queue turgescente sur tes lèvres effrayées et je fourre ma grosse queue dans ta bouche qui suffoque. Vas y bouffe moi la queue comme si c’était un gros sucre d’orge. Tu sais ma mère me suce parfois, d’autre fois ma tante fait exploser ma bite dans sa bouche alors je n’ai peur de rien, ni tes ses larmes qui s’écoulent sur tes joues, ni de ta gorge qui tousse. Fais-moi éjaculer toi la jeune bourgeoise qui se caresse en public. Il ne fallait pas pisser dans ta culotte dans ce cinéma ma jolie pucelle, ce flot d’urine bouillonnante entre tes cuisses c’est le signal animal de ton corps qui veut jouir. Vas y baise ma queue avec ta bouche, et pas de fausse pudeur, il n’y a pas d’inceste tu n’es que ma demie sœur, la fille du mec à ma mère, je t’ai même surprise dans le lit de ma mère à te faire dépuceller l’anus avec ses doigts, alors ma demie sœur pas de chichi et suce mon chibre.

 

Ne fais pas trop de bruit si tu ne veux pas que les gens nous remarquent, ma main entre tes cuisses à la rencontre de ton con mouillé te fais jouir sous mes doigts, c’est bon comme tu m’aime, c’est vrai que tu es belle comme je t’aime, je veux te couvrir de mes jus, de mon sperme, je veux souligner tes beaux yeux de bonheur de mon sperme chaude et nouer notre amour dans l’orgasme sans pudeur d’un couple défendu qui transgresse la passion pour se souder dans l’interdit défloré. 


Commentez ou laisse vos mots crus ici - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

>> Mots crus

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés