Publié dans : # Ecriture fantasmatique

La langue immense l’inonde de partout - longue et préhensile - la langue si longue s’enroule autour de ses cheville qu’une barre d’écartement maintient écartées la langue lèche, elle la lèche elle, sa chaire frémissante et laisse sur sa peau la trace visqueuse de son passage moite, de son étrange étreinte. Tel un serpent monstrueux la longue langue s’enroule autour de son mollet et remonte silencieusement le long de sa jambe droite. Elle voudrait pouvoir voir le dépositaire monstrueux de cette langue gigantesque à la salive brulante même si elle sait en elle que cette vision terrifiante achèverait son cœur déjà affolé dans un accès soudain de peur primale.

 

Ses jambes maintenues écartées forment un V renversé dont le sommet est son mont de vénus et elle sent que la langue infinie qui glisse derrière son genoux et s’enroule concentrique par constriction régulière est entrain de monter le long de sa cuisse et que bientôt elle pourra la sentir s’approcher de sa vulve vulnérable. Elle peut deviner sur sa cuisse inondée de salive inconnue comme la caresse doublée d’une langue bifide – elle la sent maintenant suivre le galbe intérieur de sa cuisse et sous la peur qui l’étreint elle ne peut réprimer de ressentir un plaisir certain à la caresse linguale – ses seins dardent l’air et lui font mal de la frustration certaine de ne pas eux aussi participer aux délices baveux – la langue longue est maintenant à quelques secondes de son sexe dont elle sent les lèvres vaginales s’entre ouvrir sous la pression incontrôlable du désir charnel qui supplante la peur irrationnelle ou peut être y trouve un affluant supplémentaire. La langue joue et légère elle suit le dessin sur la peau de l’anatomie cisaillée de sa fente sans pourtant s’enfouir au-dedans.

 

Elle dessine le contour de ses lèvres de sa présence chaude et humide, gluante, elle ressent que le muscle lingual infini enserre toute sa jambe et sur elle suinte et bave et se glisse dans une salive chaude, le muscle se contracte, il se bande à mesure des mouvements que son extrémité bifide frémi sur le sexe féminin – et la langue préhensile qu’elle suppose bifide s’écarte de son sexe et revient le frapper comme un fouet. Sur les lèvres rosies et rouges de son sexe où afflux le désir et le sang sous sa peau qui palpite claque la langue longue comme un fouet large et chaud qui s’écrase sur son sexe et recommence. Un peu plus fort, un peu plus vite, l’impacte sur le sexe baveux devient bruyant, le fouet siffle dans l’air et claque sur sa peau, la langue fouette l’air et vient s’écraser sur son sexe, son pubis dans un bruit sec et gluant, le fouet lingual s’écrase parfois sur son clitoris saturé de nerfs et de désirs troubles ce qui lui arrache alors des râles de plaisir que son bouton d’amour gorgé d’un désir non maitrisé et soumis à la morsure cinglante de ce fouet buccal. Son sexe explose de frissons pré orgasmique qui lui électrise tout le bas ventre et sous le bandeau de ses yeux bandés elle abandonne toutes formes de résistances et succombe au chaos troublé des sensations qui lui remue le bas ventre.

 

Elle mouille maintenant abondamment et la langue qui lui semble large comme la paume d’une main se met à lui lécher la face trempée de son sexe. C’est toute sa jambe que la langue caresse de sa cheville prisonnière à sa cuisse poisseuse et cette extrémité gluante qui s’étale sur son sexe écrasant ses grandes lèvres et inondant son entrejambe d’une salive poisseuse. Elle sent soudain s’insinuer en elle la langue très longue – elle la pénètre et elle sent dans son vagin la présence lingual de cette étrange langue qui maintenant la lèche de l’intérieur. Les parois de son vagin semblent exploser de milles feux quand la langue furète dans les recoins intérieurs de son sexe féminin, la lèche partout et ne laisse rien à l’abandon de sa présence chaude qu’elle sent tortiller au-dedans de son sexe ce qui lui arrache un orgasme fulgurant ; elle libère un cri venu de ses entrailles et tout son corps s’arque se bande et voudrait exploser de mouvements s’il n’était pas entravé.

 

Et la langue comme avide enfourne encore plus en elle de sa chaire étrangère, elle s’engouffre encore au fond d’elle et dans son vagin extensible la langue s’enroule sur elle-même, petit à petit elle sent dans son sexe la présence monstrueuse de la langue comme nouée en un immense nœud, c’est une boule grouillant comme un milliers de serpents lovés les uns entre les autres qui s’agite dans son sexe et lui déforme le vagin. Chaque parcelle de sa paroi vaginale est stimulée en même temps par cette grosseur en elle qui ne cesse de frétiller dans son ventre. Tel une énorme boule de geisha organique et vivante qui remue dans son bas ventre. Soudain la langue recule comme si elle voulait que cette boule énorme sorte de son sexe qui se dilate, se déforme, elle se sent baisée de l’intérieur par une bite tellement grosse qu’elle ne pourrait pas la pénétrer et dans son sexe dilaté la douleur dispute la place au plaisir de cette stimulation totale. Elle voudrait ne pas jouir, elle pleur mais la sensation impie de son sexe qui mouille comme une fontaine généreuse qui déverse sur sa peau une cascade de cyprine chaude la pousse au bord de l’orgasme. Elle se débat dans les liens qui l’entrave, elle s’arcboute et s’agite mais son corps tout entier contracté et violent soulève dans son con des vagues de chaleurs et un orage électrique, elle pleur à chaude larme car elle jouie comme jamais avant elle n’avait jouie son orgasme est long, infinie variation des sensations qui submergent tout ce qui en elle lui rappelait la raison, elle jouie et submerge sa vie entière, souvenir et avenir, dans une sensation immédiate aussi profonde que le présent et plus dense que ses rêves, elle jouie sans arrêt, sans arrêter de pleurer et ses larmes dégoulinent sur ses joues comme la mouille coule le long de ses cuisses. 


Commentez ou laisse vos mots crus ici - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

>> Mots crus

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés