Publié dans : # Ondinisme

Ma cousine est une lolita aux bas noirs, à la bouche maquillée comme une pute et à la petite culotte toujours baissée. On s’écrit souvent avec ma cousine et en bonne petite allumeuse aux formes naissantes ma cousine me confesse avec des mots crus et des textes pornographiques ses désirs et ses troubles et dans ses provocations elle ne m’épargne aucuns détails de son corps langoureux, je sais qu’elle trempe sa culotte tous les soirs quand elle se caresse avec sa sœur. Elle me raconte aussi que sa grande sœur l’a initié aux plaisirs ondisnistes, les deux sœurs jouent depuis à touche pipi, car sa sœur est une femme qui urine dans sa culotte pour son plaisir. Et comme ma cousine est une fille influençable elle fait comme ça sœur et elle aussi pisse dans sa culotte. Elle me raconte qu’elle trouve cela très excitant, elle est si jeune mais déjà elle connait des plaisirs mouillés un peu pervers qui font généralement jouir les femmes qui aiment l’ondinisme, mais avec la fougue de son adolescence avide de connaitre le monde elle s’approprie les plaisirs défendu qu’elle a vu dans les vidéos ondinsite que sa sœur lui a montré. Leur relation me trouble ; imaginer cette relation incestueuse dont je suis l’indirect témoin m’excite beaucoup.



Bien sûr en bonne lolita ma cousine est menteuse, provocatrice, allumeuse et je ne sais pas ce qui est vrai et ce qui relève de ses fantasmes foisonnant. Quand elle m’écrit je fini souvent par avoir ma bite dans ma main et je me branle, oui je me branle quand elle me raconte avec quel délice elle a connu sa première relation lesbienne avec sa meilleur amie, celle qui a une gueule d’ange et de petits seins qui pointent toujours son ses pulls moulants. Dans sa dernière lettre elle m’avoue qu’elle est jalouse de ma jeune sœur. Ma sœur n’a jamais vu de pénis, elle est encore vierge mais c’est une adolescente très belle, pleine de vie, d’envie et d’hormone, son corps explose en sein, hanche et forme féminine et je dois dire que j’ai eu le vice d’observer à travers la serrure de la porte de sa chambre j’ai déjà surpris ma sœur qui se masturbait avec vigueur. L’été dernier alors qu’elle se prélassait sous le soleil au bord de la piscine elle n’a pas réalisé que son désir devait habiter si fort ses pensées qu’elle mouillait entre ses cuisses et qu’elle avait la culotte de son maillot de bain trempée juste au niveau de son sexe. Ma sœur est une ingénue qui ne réalise pas la sensualité qu’elle dégage et c’est cela qui fait craquer ma cousine. Ma cousine m’écrit depuis un mois qu’elle voudrait être la première fois de ma sœur, c’est devenu une obsession, une passion dévorante. Je me garde bien d’intervenir, de l’inciter à lui déclarer son désir ou à ne pas le faire, mais dès que je vois ma sœur je ne peux m’empêcher d’imaginer le corps nu de ma jeune sœur courtisé par la bouche toujours trop maquillée de ma cousine qui pourrait dévorer l’énorme poitrine de ma jeune sœur.

 


Ma cousine dans ses mots imagine ma sœur sans culotte et elle prendrait plaisir à voir ma sœur faire pipi debout et que ça lui coule le long des cuisses ou alors que ma sœur fasse pipi dans sa culotte et que ma sœur est la culotte trempée, je suis surpris par la fougue des fantasmes de cette jeune fille qui sous ses airs sages se révèle être une furie sexuelle de déviance et de luxure. Mais est-ce qu’un jour elle sera capable de donner corps à ses désir et se glisser dans le lit de ma sœur, de lui susurrer à l’oreille de faire dans sa culotte puis de retirer sa petite culotte trempée et de lui lécher le minou avec une seule idée en tête lui arracher des râles de plaisirs et des soupirs gémissant d’un orgasme volé. Qui sait peut être qu’elle aurait envie d’être plus folle et décadente encore et qu’elle lui urinera dans la bouche. Peut être qu’en faisant à ma sœur un cunnilingus amoureux ma cousine pourrait mouiller sa petite culotte en jouissant elle aussi.

 


Et si ma cousine n’est qu’une menteuse alors elle a toutes ses chances de devenir écrivain et de se lancer dans des histoires érotiques où je suis sûr qu’elle prendrait plaisir à écrire la vie d’une héroïne ondiniste qui passera son temps à faire pipi dans sa culotte, qui prendra plaisir à sentir les premiers jets de pipi qui souillent la culotte dans l’envie est trop pressante et je suis sûr que son héroïne de papier sera d’une rare perversion et d’une libido sans tabou, sans frontière, sans limite, comme est celle de son adolescence.

 


Commentez ou laisse vos mots crus ici - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

>> Mots crus

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés