Publié dans : # Journal intime

Je venais de passer quelques jours chez elle - souvenir érotique doux amère du temps passé - pour reposer ce qui restait en moi d'énergies vitales et profiter de son emploi du temps d'étudiante pour savourer la solitude et le calme d'une ville de province. J'avais les batteries au minimum ; à peine de quoi alimenter la libido nécessaire pour faire l'amour avec elle la nuit durant. Petit matin puis grand sommeil je me réveillais dans son appartement désert, je profitais du temps pour me délasser. Bien sûr je ne pouvais pas résister aux plaisirs de fouiller dans ses sous vêtements sales pour retrouver ses culottes souillées et imaginer son quotidien intime rien qu'en lisant dans le fond de ses culottes ; les traces et les effluves me parlant de son sexe. Ensuite j'ai eu envie de cacher discrètement de minuscules caméras ; je sais très bien que lorsque je serai reparti elle dressera entre sa vie et moi un voile opaque empreint de nostalgie et de mystère oui mais moi je suis avide de savoir- curieux - et elle sait très bien que j'ai l'âme d'un voyeur. 

 

Quelques jours après je reprenais ma route pour aller me reposer sur un bord de mer - un port sans attaches et malheureusement sans maîtresse - pensant que dans la solitude je trouverai un peu de repos. Mais avant de quitter la ville je prenais une chambre dans un hôtel tout proche, je savais que je la dérangeais pour retrouver son nouvel amant et moi j'étais surtout très impatient de savoir si mes petites caméras pouvaient m'ouvrir le trou de la serrure. quand j'ai réussi à capter les premières images elle était assise à table, certainement pour dîner avec lui - ma caméra était sous la table -. Je la savais devenue assez salope pour prendre les devants ; elle portait une jupe de cuire, courte, des bas, des talons pour se donner du style - femme fatale - et je pouvais deviner quand elle écartait un peu les cuisse qu'elle ne portait pas de culotte. Quelle faute de goût ; ne as porter de culotte à un premier rendez-vous c'est griller des étapes. Ne pas porter de culotte c'est un jeu entre adultes éclairés, cela forge une complicité entre amants déclarés amenés à construire leur univers érotique. Mais à un premier rendez-vous ça ne sert à rien, ce n'est pas du jeu et ça prive le garçon qui s'aventure sous la jupe du plaisir novice de découvrir le tissu, ressentir cette dernière frontière avant le sexe et son gouffre humide. Déculotter une femme pour la première fois c'est déballer un paquet cadeau un matin de noel, une femme sans culotte à son premier rendez vous c'est un cadeau sans emballage. Mais je ne vais pas chipoter sur la tenue qu'elle porte parce qu'elle m'offre un agréable spectacle.

 

Elle a la chatte rasée, épilée d'hier - dire que je croyais que c'était pour moi qu'elle avait eu cette coquetterie ; j'avoue que l'ironie du sort me rempli de bonne humeur - et je sais qu'à chaque mouvement ses lèvres intimes respirent le grand air et frémissent à l'idée que ce mâle finisse enfin par glisser un doigts dessus. Il m'a fallu attendre longtemps avant qu'une main se pose sur sa cuisse - enfin un peu d'action -. Un main au doigts fins mais sans grandes élégances ; je n'aime pas les doigts fins surtout sur un main d'homme et j'ai encore plus en horreur les poiles sur la main. Mais bon je n'ai pas choisi le film, ni la scène, ni l'acteur et je ne vais pas bouder le plaisir de le voir aventurer sa main sur sa cuisse sous le cuir. Il est venu s'asseoir à coté d'elle, un jeans des baskets, du banal - décevant - et au vu des bassins qui s'orientent ils doivent s'embrasser et lui s'engaillardit et aventure enfin sa main vers le sexe nue sous la jupe. J'imagine sa surprise à lui et son frisson à elle. 

 

Je ne sais pas si c'est conscient mais elle écarte les cuisses et s'offre tout à lui et pourtant tout cela se joue sous la table, sous couvert de ne rien voir, je crois bien que déjà il la doigte, il lui glisse le majeur dans la fente comme s'il allait trouver au fond de son vagin humide le bouton du plaisir. Il oubli honteusement de caresser son sexe, le caresser comme une fleur précieuse dont le pistil amoureux se gorge de plaisir, il néglige un peu trop à mon goût son tendre clitoris qui doit gonfler et durcir de désir s'il excite vraiment cette fille qui l'invite chez elle. Je m'étonne aussi qu'elle ne lui rende pas l'appareil, même à travers l'objectif minuscule de ma caméra espionne je remarque la bosse qui se dresse en lieu et place de son sexe à lui. Il doit avoir le bite comprimée à lui faire mal. Elle pourrait déboutonner son jeans et libérer sa queue ...

 

Un voyeur se doit de rester discret, passif à la scène, mais j'ai envie de jouer, juste une petite trace de moi, un signe indistinct alors je lui envoie un sms. Rien de sexuel, rien qui pourrait trahir le fait que j'observe la scène, mais l'idée de la surprendre et la déranger alors qu'un homme la masturbe et lui doigte la chatte m'excite beaucoup. Je lui envoie un message banal, sans intérêt particulier, juste lui rappeler que je pense à elle et que j'ai peut être oublié des affaires chez elle. Mes caméras espionnent ne captent pas le son, mais je sais que son portable sonne de ma sonnerie personnelle. Et au bout d'un instant elle se lève et sort de l'écran - quelques minutes plus tard je reçois une réponse laconique qui me dit qu'elle ne peut pas me parler, je le sais bien, mais ça elle ne le sait pas, elle ne sait pas que je trouve très excitant ce jeu et que j'ai aussi envie qu'elle retourne flirter sur le canapé car normalement j'ai une caméra qui film ce coin du salon. 

 

elle a du lire dans mes pensées - à moins que son petit appartement ne laisse pas d'autre choix - mais les deux amants sont réapparue sur l'écran sur le canapé. Il s'est allongé de façon à ce que ça tête sorte du cadre, c'est ma chance il m'aurait je suis sûr gaché le plaisir. Il a déboutonné son jeans et à sorti son sexe rouge, pas très large mais joliment long et fin, une vraie bite à sodomie - avec un peu de chance je verrai ma belle blonde se faire enculer - mais pour le moment elle est venu par dessus le garçon, allongée sur lui elle s'est mise à le sucer. En fait dans cette position je voyais surtout son cul et le mouvement de sa tête, mais ça ne trompe pas, elle était entrain de le sucer, de prendre dans sa bouche ce sexe nouveau, elle l'apprivoisait à coup de langue, de succion et de bave langoureuse. Il a posé sur sa tête ses mains et ses longs doigts pour guider le mouvement régulier de sa bite dans sa bouche. Mais elle n'est pas du genre à avaler tout entier le sexe de ses amants, elle sait offrir au gland tout le plaisir et la luxure qu'une petite bouche généreuse peu offrir mais ce n'est pas le genre de fille à faire disparaître votre vite dans sa bouche à en avoir le nez dans les poiles pubiens et les couilles sur le mentons. 

 

Je sais comment elle suce, je lui ai offert ma queue comme objet d'étude pour son apprentissage. Et hier encore elle me dégustait le sexe jusqu'à ce que j'éjacule dans sa bouche adorable. Mais là ce que je vois c'est con cul tendu en l'air, la jupe retroussé et ses fesses libres et blanche offerte à la vue. Sa me donne des envies de sodomies et à n'en pas douter si nous avions sur nos amants et maîtresses des angles de vues différents que ceux que nos regards nous offre nous aurions des envies bien plus folles. J'ai bien essayé de lui envoyer de nouveau sms pour voir jusqu'à quel point elle avait envie de se faire baiser par la queue qu'elle faisait reluire mais cette fois je ne l'ai pas vu bouger pour moi et dans un sens ça m'arrange parce que j'aurai été déçu que ce spectacle cesse. 

 

Cela faisait un moment que j'avais sorti mon sexe pour me masturber en regardant les vidéos volées dans son appartement. Après un long moment de fellation elle devait certainement avoir la chatte en feu, enfin en mouille - c'est le paradoxe féminin - alors elle a prit l'initiative de se tourner et pour coller son entre cuisse humide sur la bouche de son amant. Si de ce fait elle sortait un peu du cadre j'avais enfin une vue directe sur sa bouche à pipe. elle suçait doucement la fine queue brillante de salive. Si elle avait eu l'état d'esprit d'ouvrir les yeux elle aurait certainement remarqué la caméra, j'avais presque envie de lui faire coucou, mais quand un homme vous lèche la chatte et que vous tenez sa queue dans la bouche on a d'autre chose en tête que vérifier si aucune caméra nous filme.

 

Et alors que je commençais à être bien excité ils se sont levés et son sorti du champ. J'ai attendu quelques minutes mais je savais bien qu'ils étaient sur son lit entrain de baiser. Ils ne sont réapparue dans le cadre du salon que quinze minutes après, rhabillé et plus calme mais ça ne m'amusait plus ...


Commentez ou laisse vos mots crus ici - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

>> Mots crus

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés