Publié dans : # Ecriture fantasmatique

Au hasard de mes errances sur les blogs pornographiques et érotiques je suis tombé sur un blog de textes mêlant avec brio fantastique, science-fiction et pornographie absolue, le résultat est fascinant. Une très jolie plume féminine au service de la perversion la plus troublante. Je suis tombé sous le charme et surtout sous l’excitation de ces récits. J’ai donc demandé à son auteure de m’offrir un texte, voilà le texte qu’elle m’a écrit. Un texte en réponse à mon article "mon érection". N’hésitez pas à aller visiter son blog.

 

Elle s'approche de l'homme assis seul face à l'écran.  Il tape à toute vitesse sur le clavier, comme si le rythme d'écriture faisait écho aux pulsations de son sang dans son sexe.


Debout derrière lui, elle voit ses épaules, sa poitrine, et une tige dressée comme un pic, sur son ventre.  Le sexe l'appelle, elle le désire, elle voudrait le soulager, le sentir se vider en elle, l'aspirer, l'avaler.


Elle fait pivoter le siège et s'agenouille en relevant la tête pour regarder son homme dans les yeux.


Elle le voit inquiet, impatient, passionné.  Dans ses yeux passent les éclairs de la folie qui le tient depuis des jours, cette envie de sexe brut qui ne part pas et dont elle veut le libérer.


Elle sort la langue et l'approche de la bite tendue, vers le milieu de l'érection alors qu'il se mord les lèvres pour ne pas jouir à l'avance, et imaginant les plaisirs douloureux et la caresse intense.


Premier contact, le bout de  langue fait connaissance.  La peau tendue sur la verge est chaude, elle palpite comme un oiseau blessé. La langue se retire, savoure le goût et l'humidité déposée sur ses papilles.


Gourmande, la jeune femme approche à présent tout son organe de la base du sexe.  Le renflement est brûlant, gorgé de sang et de désir.  Elle n'a qu'une envie, aspirer le tout vers son intérieur au risque de le blesser entre ses dents.  Mais il faut faire attendre son bel étalon, elle veut le sentir mourir de désir sous sa bouche.  Son coup de langue remonte vers le gland, lentement, déposant la salive sur toute la longueur. 


Devant ses yeux danse un bout rond, rouge, lisse, appétissant. Un perle de liquide se forme dans le mignon petit orifice.  Délicieux.


Un coup de langue, un coup de lèvre, et la goutte est dégustée avec ferveur.


Le vin de vie est si savoureux.  L'odeur de sperme et de sueur, l'odeur de l'homme excite ses narines et son goût lui ouvre l'appétit.


Elle pose ses lèvres sur le gland tout joyeux, excité comme un enfant devant un manège.  Hop une petite succion et le gland est aspiré dans la bouche chaude.


Devant elle, l'homme se crispe, frémit, gémit.


Elle essaie le tour de force de le regarder tout en mâchouillant le bout tendre entre ses lèvres, pour voir l'effet que cela lui fait.


Effet bouleversant !


Toute fière, elle aspire un peu plus.  La bouche câline est devenue aspirateur à bite, la langue gourmande tourne et tourne.  Le pénis est un jouet pour ce bout de chair souple, et tant pis s'il se cogne aux petites dents blanches sous l'effet du mouvement.


Mais le sexe de l'homme a une vie et une volonté propres.  Sous la langue, celui-ci se révolte, vibre, saute.  La langue doit le chercher, le rattraper. Cheval fou, fougueux, cabré, en rut.


La bouche doit le calmer, le bloquer. Un coup de reins et le cheval se cabre dans la gorge.  Elle tousse, s'étouffe, l'animal rue contre son palais et cherche à s'évader en s'enfonçant encore.


Des mains se posent sur ses oreilles, sa tête est mise en mouvement.


Pris de frénésie, les deux corps entrent dans la danse.  Il n'y a plus de langue, plus de gland, plus rien n'existe.


Un nouvel être est appelé à prendre vie, un être qui ne sera que jouissance intense mais éphémère.  Et cet être grandit dans la danse, grandit encore, prend vie dans un cri puis explose.


Feu d'artifice, onde puissante, pur-sang sauvage.  Les noms se bousculent.  Le jus de la vie emplit la bouche, aussitôt avalé.  La jouissance goûte le sang et les amandes amères.  La vie se retire, le calme pose ses ailes, chacun redevient lui-même et soupire.

 

Le blog d’Irisaia : http://irisaia.erog.fr/

 


Commentez ou laisse vos mots crus ici - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

>> Mots crus

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés